Le rôliste

où qu'on joue à des jeux de rôle (si, vraiment !)
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conquête des terres et indépendance

Aller en bas 
AuteurMessage
Al'Rod
The Heretic
avatar

Nombre de messages : 7868
Age : 30
Grade : Juge
Date d'inscription : 26/11/2004

Feuille de personnage
Créature: Poids-lourds boldwyriens
Expérience:
82/100  (82/100)
Mana: UUU BBBB RRRR

MessageSujet: Conquête des terres et indépendance   Dim 29 Oct 2006, 00:31

(© Deusnono)

Le seigneur Gunthar était en train d'étudier les cartes de son domaine, nous sommes encore au temps où le roi et Gunthar étaient en bons thermes, quand il fut appelé par un valet. Il descendit les escaliers accompagné de ce dernier, pour enfin aboutir à la salle du trône. Il s'assit et entendit :
"Faites entrer le messager". Le messager, qui arborait les couleurs du domaine de Dalamar, entra, déroula son parchemin après avoir salué le roi, et lut :
"Cher Gunthar,
Après moult réflexions sur le moyen d'agrandir mon domaine pour pouvoir y accueillir tous ceux qui le voudrait, je ne vois que la solution suivante : Je vous donne 10000Pièces d'or (soit environ 20000Mochuur d'or, souvenez vous que les Mochuur n'ont été créés qu'après l'indépendance des royaumes de Mochuur) en échange d'une parcelle d'environ 156000 pieds (50km) sur 100000 (30km). Si vous refusez je ne vous laisserais pas de deuxième chance et j'envahirais votre domaine, je vous laisse trois jours pour me répondre. Ne vous avisez surtout pas de prévenir le roi car j'ai posté des espions qui surveillent le château et qui tueront tous ceux qui sortiront avant votre réponse.
Cordialement,
Dalamar."
Après avoir attendu poliment la sortie du messager, le seigneur déclara à son premier valet :
" Eh merde ! Ce satané seigneur m’a pris par surprise ! Qu'est ce que je peux faire ? Je ne vais tout de même pas me cacher ! Tiens, toi là, va me chercher le capitaine de la garde naine."
Gunthar attendis l'arrivée de Caramon, quand il arriva le seigneur commença :
"Bon, Caramon je sais que tu es un bon chef. Appelles tous tes archers et dis leur que quelques espion se sont postés autour du château. Personne ne peut sortir sans se faire transper....Non ! cria Gunthar quand il vit une jeune servante qui allait sortir pour chercher du lait.
Trop tard, à peine la servante avait mis un pied dehors qu'une flèche lui avait déjà transpercé le coeur. Sans un cri la servante s'affaissa sur le sol. Courageux, Caramon couru vers celle-ci, avant de sortir il prit son bouclier et le lança pour faire diversion avec les espions. Ces derniers tombèrent dans le piège et tirèrent sur le bouclier. Trois flèches vinrent se ficher dans le bouclier. Pendant ce temps, Caramon avait déjà tiré la servante à l'intérieur mais avant de fermer la porte, il reçu une flèche dans le bras. Avec un cri rageur, Caramon ferma la porte et s'arracha la flèche. Tout de suite une servante accourut pour lui bander le bras mais celui-ci refusa et dis qu'il valait mieux penser la plaie de la servante. Il expliqua que celle-ci n'était pas morte car le tireur avait utilisé une flèche de céramique qui a comme particularité d'éclater au moindre choc. La flèche n’a donc pas transpercée la jeune servante. Il se dirigea vers le roi en se tenant le bras et déclara qu'il ferait de son mieux pour éliminer les espions ennemis.
Tous les archers nains étaient habillés en noir. il se dispersèrent et se postèrent chacun à une fenêtre. Ils étaient équipés d'arcs nains qui étaient très puissants mais très lents. Les espions, eux, avaient commis une erreur, celle de se poster en hauteur. La lune les éclairait comme en plein jour, même vêtu de noir, ils étaient facilement repérables. Chaque nain attendait le signal pour décocher sa flèche. Le signal arriva et tous les nains tirèrent en même temps. Aucun espion ne pu s'échapper et tous moururent.
Le lendemain, Gunthar remercia Caramon qui se vit attribuer une coquette somme d'argent (2000Pièces d'argent). Le seigneur prépara son armée et fit route avec elle jusqu'à la frontière, cela faisait trois jours qu'il avait reçu la visite du messager. Gunthar vit des nuages de fumée s'élever au loin puis il reconnut les étendards ennemis. Il donna donc des ordres pour que ses troupes se mettent en formation. Les guerriers nains étaient à l'avant, équipé de hache de mithril, il semblaient sereins. Sur trois rangs s'étendaient les lanciers, puis venaient les chevaliers. Les deux dernières lignes étaient composées d'archers elfes. Quand l'armée de Dalamar fut à portée de flèche, les archers reçurent l'ordre de tirer. L'armée ennemie, qui n'avait pas supposée un instant qu’ils puissent rencontrer une résistance avant la frontière, fut très surprise. Beaucoup de soldats mourraient alors qu'ils ne savaient pas qui leur tirait dessus. Quand les archers ennemis ripostèrent les chevaliers protégèrent les archers. Lanciers et nains se couvrirent de leur bouclier. Aucune perte n'était à déplorer après cette première salve. La confusion gagnait l'armée de Dalamar, elle croyait être impuissante face à de tels adversaires mais très vite Dalamar les rappela à l'ordre. Les archers alliés continuaient de décocher leurs flèches à un rythme effréné et les pertes ennemies continuaient de grandir. Quand les ennemis arrivèrent au corps à corps, ils furent reçus par des lances et des coups de haches. Les uns se faisaient trancher la tête, tandis que les autres se faisaient transpercer par les lances. L'euphorie de la victoire envahit les rangs alliés. Au bout de quelques minutes, il ne restait plus que quelques dizaines d'hommes dans le camp ennemis et les survivant tendaient plutôt à s'enfuir qu'à combattre. La joie se fit ressentir du coté allié on criait et chantait à tue tête. La nuit tomba et les feux de camps allumés par les soldats éclairaient leurs visages rougis par l'alcool et la rigolade. Quelques heures plus tard, ils tombèrent de fatigues après avoir décidé du rythme et désigné des personnes pour les tours de gardes. Les feux s'étaient éteints et il faisait nuit noire, seules les torches des sentinelles brillaient encore. Un bruit sourd se fit entendre, comme un tremblement de terre à l'exception près qu'il ressemblait plutôt à...un galop. Les sentinelles eurent beau crier, pincer, presser leurs camarades ils leur fallut beaucoup de temps pour se relever, engourdis par l'alcool. Il prirent leurs armes à grand peine et attendirent...longtemps...tellement longtemps qu'il y en eut qui tombèrent de fatigue. C'est à ce moment la que les cavaliers ennemis décidèrent d'attaquer. Ils fondirent sur leurs proies tel une buse affamée, ils dégainèrent leur longues épées noires et attaquèrent. Plusieurs nains se firent décapiter avant qu'ils ne sachent ce qu'il leur arrivait. Le chef des nains, Caramon, qui se battait extraordinairement bien, qui ne ressentait, à ce qu'on dit, jamais la fatigue et qui tenait bien l'alcool garda la tête froide. Il décida de rengainer sa hache, de prendre une lance qui gisait à ses pieds, de donner quelques ordres qu'il savait inutile et de partir au combat. Il tourna sur lui même quand il fut au milieu des cavaliers et arracha plusieurs cavaliers à leur montures. Il les transperça ensuite un à un. Les autres nains coururent, tant bien que mal, en faire de même avec les autres cavaliers. La bataille ne dura pas plus qu'une demi-heure. Du point de vue de Caramon c'était la demi-heure la plus sanglante qu'il ne lui a jamais été donné de voir. Des centaines de lanciers gisaient à ses pieds, une bonne cinquantaine de nains tombés durant la bataille et plusieurs archers étaient méconnaissables. Il était perdu dans ses pensées quand soudain, une forme noire se dessina devant lui et lui jeta une épée et un bouclier. Il reconnut Dalamar. Il prit donc ces armes qui lui avaient été jetées. Le duel final avait commencé : derniers porta une attaque d'estoc qui, malgré l'obscurité, arriva en plein dans le torse de Dalamar qui avait cherché à esquiver en vain. En rage, le seigneur ennemi trancha l'air de son épée en visant la tête de Caramon mais celui-ci para avec son bouclier qui se fendit sous la violence du choc. Dalamar fut étourdit par celle-ci et recula. En reculant, il trébucha sur un cadavre est s'étala de tout son long sur le sol. Le nain, qui n'était pas à sa première bataille, acheva l'ennemi qui eut le temps de lui porter un autre coup, faible certes, mais qui détruisit le bouclier avec lequel Caramon avait paré.
Le lendemain, après avoir rassemblé le reste de ses troupes, Gunthar, qui avait été très absent durant les batailles, donna l'ordre d'enterrer les soldats morts. Devenu fou de rage face à la perte de certains de ses amis, tout comme ses soldats, il parti brûler, piller et asservir le domaine de feu Dalamar. Après une semaine de barbarerie l'armée de Gunthar avait épargné les villageois qui vinrent avec lui mais tous les soldats rencontrés furent mis à mort.
A peine Gunthar était rentré, que trois jours après il reçu un message du roi. Ce message lui demandait de venir au plus vite à Leyawin, la capitale du royaume du roi.
---------------
Quand Gunthar entra dans la salle du trône le roi ne le salua pas. Il commença :
"- J'ai appris que tu as ravagé le domaine de Dalamar et que, par la même occasion tu l'as tué ainsi que son armée.
- Euh...Je n'ai fait que me défendre mon roi...il m’a menacé de m'envahir si je n'acceptais pas sa proposition ou si j'essayais de vous avertir. (Par chance il avait amené la lettre et il la tendit au roi)
- Hmmm...Oui je vois oui...mais avais tu besoin de ravager ainsi son domaine ? fit le roi avec une pointe d'énervement dans la voix
- Je reconnais que non mon roi mais c'était sous le coup de...
- Tu n'as pas d'excuse ! Un seigneur doit savoir se contenir et ne pas céder à la première idée qui lui vient sans y réfléchir ! Tu as laissé des pauvres gens mourir sans toit sur la tête, trouves-tu que ceci est digne d'un seigneur ?
- ...
- Tu aurais pus lui céder ton territoire et ensuite venir me voir !
- Oui mais avec le risque que pendant mon absence ma population se fasse dé...
- Non ! Dalamar était un seigneur juste ! Il n'aurait jamais commis un tel crime ! Pas comme toi !
- Que dois-je faire pour que vous m'accordiez le pardon mon roi ?
- Après ce que tu as fait le pardon n'est plus possible, j'en ai bien peur. Je te déclare banni du royaume !
- Banni !
- Exactement ! Mais cela ne veut pas dire que tu es mon ennemi, on continuera nos transaction mais ne compte plus sur mon aide.
- Je vous déclare officiellement l'arrêt des transaction entre nos deux peuples"
- Je suis ton roi tu n'as p...
- Mon roi dites-vous ? Vous n'êtes qu'un pauvre homme !
- Je...euh...tu...mais attends reviens ! Je t'ordonne de revenir !
Gunthar partit à pas rapides et entendit :
"Si c'est la guerre que tu veux tu l'auras !"
Quand Le seigneur rentra au château il donna l'ordre de fortifier toutes ses frontières terrestre.
Le chantier débuta la semaine suivante...
Quelques semaines plus tard, Gunthar se proclama roi avec tout l'accord de son peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Conquête des terres et indépendance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu Le Seigneur Des Anneaux:L'Age des Conquêtes
» Qu'est ce qu'on va s'ennuyer en Terres Immortelles...
» Carte des Terres du Milieu
» Editions Icare : Les Terres Suspendues
» Partages de terres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le rôliste :: Jeux :: Mochuur :: Présentation :: Histoire des royaumes de Mochuur-
Sauter vers: